aille d'avion au décollage entre mer et terre

La compensation carbone pour dire ciao au flight shaming !

Vous avez beau y mettre toute votre bonne volonté, il y a toujours des gestes écolos que vous ne pouvez pas faire. Car non, vous n’allez pas prendre 5 trains, 4 bus et 2 pirogues pour vous rendre au Vietnam lors que vos 3 semaines de vacances cet hiver. #flightshaming

Le carbone c’est tabou, on en viendra tous à bout !

Comme on le sait si bien depuis nos cours d’SVT du collège, le carbone participe au réchauffement climatique et affaiblit la couche d’ozone. Donc, il est vrai que si on veut agir concrètement sur notre impact carbone, on ne va pas se mentir, il faut arrêter de prendre l’avion. Ouille, ça fait mal aux oreilles (ou yeux plutôt), mais sauver la planète n’est pas sans sacrifice pour notre confort. Malgré tout, on peut agir de bonne volonté avec ce qu’on appel la « compensation carbone ».

La compensation carbone, hmm c’est quoiii ?

C’est simple, lorsque vous vous déplacez en train, en avion, en voiture ou autre, vous produisez du carbone. Alors pas vous en tant que corps humain, mais votre action de déplacement via un moyen de transport.

L’idée de la compensation carbone se fait en 3 étapes :

  1. Tout d’abord, vous calculez le poids de carbone que votre déplacement à généré (souvent en kilos ou en tonnes).
  2. Ensuite vous le convertissez en argent.
  3. Puis vous la versée à une association qui porte un projet qui va compenser le carbone que vous avez généré avec votre voyage.

Une idée sympathique mais…

Sans aucun doute, mener cette action de compensation est mieux que de ne rien faire du tout. Mais on peut aussi se poser quelques questions, notamment, que vaut 1 kilo de carbone généré ? pourquoi le prix varie pour un même trajet ? si je donne cet argent pour replanter des arbres, alors les 3 800 tonnes de carbone que j’ai généré pour mon trajet Paris-Vietnam ne seront pas compensés tout de suite, qui va vérifier que ce sera bien le cas plus tard ?

De nombreuses associations prônent cette « compensation carbone », car il est vrai qu’elle leur apporte un revenu supplémentaire qui, peut importe le projet qu’il financera, servira à une bonne cause.

Chez La Mouche Poulette nous vous encourageons donc à calculer vos émissions carbone, car c’est comme les calories dans les biscuits, on est toujours très surpris du chiffre inscrit au dos du paquet. Vous pouvez utiliser ce site : 

www.climatmundi.fr

Pour ce qui est de reverser votre compensation carbone à une association, c’est aussi un geste que nous encourageons. Mais ce n’est pas le seul. N’attendez pas votre prochain voyage pour soutenir les projets qui comptent. Il y en a surement un pour le développement d’avions 0 carbone quelque part, auquel vous pouvez donner 100 000 € maintenant ou 5€ tous les mois 😉

la nature et la consommation responsable

Consommation responsable appliquée à la mode

“Responsables”, “durables”, “tree care”, “ours polaire forever”, “dodo never die”, “1 pin’s acheté, la planète sauvée”… sont des mots que tu as déjà vu quelque part ? partout même ! Secteur de la mode inclut !??

De plus en plus, des marques de mode se lancent sur ce créneau et toi tu as envie d’acheter quand tu lis « collection responsable ». C’est bien. Il faut continuer sur ta lancée et en parler à tes ami(e)s. Car oui, on peut tous bien s’habiller sans pourrir notre planète, il suffit de se poser les bonnes questions avant d’acheter.

 

La consommation responsable, c’est quoi ?

C’est acheter tout en pensant à la préservation de nos ressources environnementales, l’équité sociale et le développement économique. Suivant nos préférences, chacun va choisir les produits qui lui correspondent.

  • Ton crédo c’est la protection de l’environnement : produits bio, bilan carbone faible, pas de déforestation, pas de tests sur les animaux, zéro déchet, anti-gaspillage, recyclé… sont les mots qui comptent pour toi.
  • Ton cheval de bataille c’est la justice sociale : commerce équitable, conditions de travail, transparence des sociétés de fabrication, respect de la culture locale… sont les mentions qui te parlent.
  • Ta priorité c’est le développement de l’économie : produits locaux, circuits courts, autonomie des producteurs, création d’emplois, insertion travailleurs… c’est ce qui te plaît.

En étant conscient de l’impact de ta consommation sur ces 3 critères et en choisissant de mieux consommer, là tu es un acheteur responsable ! Félicitations !!

 

Consommer responsable pour ma garde-robe, c’est possible ?

Oui et c’est facile pour des vêtements de seconde main. Nous te recommandons :

  • les applications pour acheter des vêtements qui ne sont plus portés et dorment dans les placards de tes voisins (Vinted, Vide dressing, Vestiaire collective, Le Bon Coin… il y en a plein !).
  • les boutiques de friperies où tu peux trouver des looks vintage très cool et rares.
  • le DIY en personnalisant et en réparant tes vêtements troués ou démodés.

Pour acheter du neuf, il va falloir y mettre un peu plus du tient :

1. en te posant des questions :

  • la production est-elle locale ou internationale ?
  • quelles sont les matières utilisées ?
  • la marque joue-t-elle la transparence ?
  • aide-t-elle une association ?
  • réduit-elle ses emballages ?
  • est-elle anti-gaspillage ?

Il y a tout un tas de questions à se poser pour mieux consommer. Les marques sont spécialistes pour installer le flou dans nos têtes : « achetez mon produit, il est responsable », hmm mais encore ?

2. en te rendant sur des plateformes qui référencent des marques responsables :

  • Sloweare c’est la mode positive
  • Kabane joue la transparence de ses références
  • Wess pour son concept 5 pièces pour 30 looks
  • WeDressFair sélection de produits responsable
  • … et bien plus !

3. en allant voir au-delà des marques les plus connues ! Tu seras surprise par le nombre de créateurs qui sont déjà sur le bon chemin et n’attendent que toi pour avancer.

 

Le secret est donc de lire les étiquettes, questionner les vendeuses ou poser des questions directement sur le site web ou les réseaux sociaux, ou encore faire jouer ton imagination pour revaloriser tes vêtements. Et si quelque chose te chiffonne, et bien, savoir renoncer à ce magnifique pantalon ! C’est dur, mais c’est en te détournant d’elles que les marques vont changer pour te récupérer 😉 .